Connectez-vous
Site de l'Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre au Maroc

Demnate ' Pays des Dinosaures'

Mohamed Zainabi ,journaliste au "le Reporter" a publié un article sur les activités du club scientifque "les amis du dinosaure" que l'AESVT Demnate anime dans le cadre du projet " de promotion de la culture scientifique et technique "au pays des dinosaures" suivi en partenariat avec l'IRD .
L'article intitulé" Demnate : Des jeunes sur les traces des dinosaures de l’Atlas "est paru sur le numero: 434 du jeudi 24 octobre 2007



Demnate : Des jeunes sur les traces des dinosaures de l’Atlas

Peu de Marocains savent que des dinosaures vivaient dans leur pays, il y a près de 200 millions d’années. Mais, à Demnate, au centre du Royaume, à 100 kilomètres de Marrakech, de nombreux jeunes n’imaginent plus les dinosaures comme étant des créatures de science-fiction ou des personnages de dessins animés. Ils en parlent comme s’ils les avaient déjà vus pour de vrai, leur donnant parfois des noms tel celui du dinosaure de l’Atlas, voire des visages. Par endroits, des esquisses de ces gigantesques créatures ornent certains murs de la ville. Et pour cause !




EN avril dernier, l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la Terre (AESVT), ONG locale qui gère le Centre d’éducation scientifique de Demnate, a créé le « Club des amis des dinosaures » avec l’appui financier et les conseils techniques de l’Institut de recherches et de développement de Paris.

« Regroupant des lycéens, le Club veut faire connaître, par la science et le savoir, que l’histoire de dinosaures comme Atlasaurus, l’une des plus anciennes espèces connues au monde et dont des traces de leurs pattes ont été trouvées à moins de 10 kilomètres d’ici, n’est pas une légende », explique Mohamed Chaouki. Cet enseignant est le président de l’AESVT de Demnate. C’est lui qui est derrière la création du Club.

« Nous sommes déterminés à trouver à nos dinosaures un maximum d’amis », insiste, avec le sourire, Safa Aït Kourdass. Avec d’autres membres du Club, cette lycéenne a présenté le samedi 6 octobre le film éducatif « L’empreinte des dinosaures » à plus de 600 collégiens et lycéens ainsi qu’à une dizaine d’enseignants. Dans la salle archi comble de la seule maison de jeunes de la ville où trônait un petit squelette de dinosaure en plastique, elle a rappelé, devant une assistance attentive, que « Demnate est le pays des dinosaures ». Les images du film l’ont prouvé.

Elles présentent les résultats surprenants d’une enquête menée en 2002 d’abord à Demnate, puis dans la ville d’Azilal voisine (à 65 kilomètres) et enfin plus au sud, à Ouarzazate (à 165 km) par deux spécialistes des dinosaures de renommée mondiale. Il s’agit des professeurs Philippe Taquet, du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris et de Dale Russell de l’Université de Caroline du Nord, à Raleigh, aux Etats-Unis. Ces deux chercheurs avaient découvert des ossements de l’un des plus vieux sauropodes jamais trouvés lors d’une passionnante expédition dans le Haut Atlas.

Le spectacle est d’autant plus captivant qu’il reconstitue, en images de synthèse, la vie des dinosaures et la végétation abondante qui couvraient d’immenses plaines qui s’étalaient à perte de vue à Demnate et dans sa région, il y a près de 200 millions d’années. Par sa verdure et son climat pluvieux et humide d’alors, le pays donnait l’image, selon les deux chercheurs, de la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui. Sauf qu’avant des millions d’années de l’apparition de l’Homme et des autres espèces qui l’ont précédé, seuls les dinosaures régnaient en maîtres absolus sur la forêt dense devenue aujourd’hui des champs rocailleux et arides.

« C’était très instructif », note, les yeux brillants, Hamid, un collégien venu de l’autre bout de la ville voir le film. Brahim, lycéen, approuve : « Je ne savais rien de tout cela ».

« La présentation de ce reportage entre dans le cadre d’un long programme que nous avons baptisé ‘Au pays des dinosaures’ et que nous avons entamé depuis mai dernier », souligne Younès El Badaoui. C’est lui qui se charge de la « commission information » au sein du Club des amis des dinosaures.

Pour parler des dinosaures en connaissance de cause, Younès, Safa et la vingtaine d’autres membres fondateurs du Club se sont mis sur les traces des paléontologues, nombreux, qui avaient foulé le sol de Demnate pour percer le secret d’Atlasaurus et des autres espèces qui vivaient dans la région. « Le 26 mai dernier, nous avons participé à la sortie sur le site d’Iwaridene (Ndlr, 10 km de Demnate) pour reconnaître le terrain où vivaient des dinosaures et pour en identifier les traces », rappelle Hind Hadifi en montrant avec fierté les photos immortalisant « ces grands moments de découverte ». Elle s’arrête sur d’autres photos et explique : « le 2 juin 2007, nous avons participé à la réalisation de mesures d’empreintes à Iwaridene avec l’Italien Mateo Belvédère. Cet éminent chercheur nous a appris comment prendre les mesures des empreintes des dinosaures ». Mohamed Chaouki précise que les mesures dont il s’agit vont de 30 à 40 cm pour les sauropodes. Elles atteignent 1,20 m pour leurs descendants, les théropodes.

Khadija Hyayou sort une autre photo où l’on voit de nombreux jeunes entretenant des traces saillantes sur un sol rocailleux et ocre. « Le 26 août dernier, nous avons participé à l’entretien des empreintes de nos dinosaures avec une équipe d’étudiants et chercheurs espagnols et marocains », commente-t-elle, la voix sûre. Et d’ajouter : « plus tard, ces photos serviront de posters que nous montrerons à de nombreux autres jeunes pour partager avec eux notre passion ».

« Jusqu’à présent, les actions du Club des amis des dinosaures ont profité à 1200 jeunes », estime Mohamed Chaouki. Ce dernier estime au double le « public cible » pour un proche avenir. Le Club prévoit de nombreuses sorties, présentations et rencontres sur le même sujet. Il prévoit également d’organiser des ateliers de conception de maquettes de tableaux qu’il exposera dans différents collèges et lycées de Demnate et d’ailleurs, à commencer par Marrakech. Il projette aussi de publier des dépliants. Le tout pour mieux faire connaître le dinosaure de l’Atlas.

Visiblement, le film présenté le 6 octobre a marqué de son empreinte les esprits. « Depuis ce jour, nous recevons de plus en plus de demandes d’informations », rapporte Tarik Majouni. Ce lycéen est responsable de la commission recherches au sein du Club. Cet intérêt s’est fait sentir au sortir de la salle. De nombreux jeunes interrogés sur leurs impressions ont répondu, avec spontanéité, qu’ils veulent désormais en savoir plus sur les dinosaures et leur univers. Même si les images étaient parlantes, certains regrettent seulement que le film n’ait pas été traduit en arabe, le français n’étant pas leur fort. Pour satisfaire cette demande, Mohamed Chaouki promet de faire accompagner chaque projection future de plus amples explications en arabe.

« Au pays des dinosaures », ces animaux vieux de plusieurs millions d’années ressuscitent la curiosité scientifique des jeunes. Au grand bonheur de Safa et de ses autres amis. Ces derniers souhaitent voir les traces des dinosaures de l’Atlas préservés et leur région devenir un haut lieu du tourisme culturel.

Mohamed Zainabi



AESVT Maroc